Docandfiction-tv.fr

OLDIES-MAG Docs

The War

Série-Documentaire - 14x52 mn
Réalisations : Ken Burns - Lynn Nowick - 2008


The War. Une remarquable
série de documentaires événements de 14x52 mn pour une page d'Histoire qui ne l'est pas moins. 4 récits de simples soldats et de leurs familles emportés par la machine à tuer que fut la seconde guerre mondiale. Eclairages lumineux avec les deux réalisateurs : Ken Burns et Lynn Novick. A voir absolument.

"Après mon travail sur la guerre de Sécession en 1990 et les sollicitations pour tourner des films sur d’autres conflits, en particulier sur la Seconde Guerre mondiale, j'ai pris le temps de la réflexion. Je n’avais ni l’intention de devenir un spécialiste du genre, ni envie de m’aventurer sur ce terrain-là",
confie le réalisateur et producteur Ken Burns. "Mais lorsque j’ai appris que plus de mille vétérans américains mouraient chaque jour aux Etats-Unis, alors tout a changé. Moi aussi, je me suis convaincu que selon le dicton  : "chaque fois qu’un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle". Il m’a paru alors urgent de préserver cette mémoire. D’où l’idée d’interviewer ceux qui avaient vraiment combattu. De relater cette guerre d’un point de vue intime et très quotidien. Celà me paraissait à la fois simple dans l'approche, mais également particulièrement complexe tant l'enjeu réel était bien plus important."

Le choix des 4 villes

"Avec Lynn Novick, nous pensions tout d'abord nous concentrer sur une seule ville, en l’occurrence Waterbury dans le Connecticut (Etats-Unis). Une de ces bourgades industrielles anonymes où l’on passe sans jamais s’arrêter. Avec des communautés juive et italienne, ce choix nous semblait judicieux. Mais après réflexion, nous n'avons pas retenu cette option
. Chaque communauté possède en effet sa spécificité. Celà devenait trop complexe. D'où notre choix des quatre villes présentes dans la série-documentaire : Au Nord-Est : Waterbury, au Sud : Mobile, à l’Ouest : Sacramento et la dernière dans le Midwest : Luverne."

Waterburry, Mobile, Sacramento, Luverne

"J'ai choisi Mobile parce que j’avais lu le livre de
E.B. Sledge, un ancien marine qui avait combattu dans l’enfer de Peleliu et Okinawa. Des mémoires bouleversantes, d’une brutale honnêteté. Il était mort entre-temps, mais son fils nous a présenté son meilleur ami et, peu à peu avec Lynn, nous avons tissé notre toile. Enfin, grâce à un pilote vétéran qui y avait grandi, nous avons retenu la petite ville de Luverne. C’est là, en compulsant les archives municipales, que nous sommes tombés sur une pépite : la chronique hebdomadaire, magnifiquement écrite, d’un localier de l’époque."

The War

Lynn Novick : "Cette terrible catastrophe a tué plus de cinquante millions de personnes dans le monde. Pourtant, elle est encore considérée ici comme une bonne guerre. Le fait qu'elle n'ait pas touché le sol américain a sans doute son importance. D’où l’intérêt majeur de montrer son effroyable et universelle réalité humaine."

"Afin de ne pas utiliser celles qui avaient été déjà mille fois exploitées, Lynn et moi avons lancé de très nombreuses recherches aux Archives nationales à Washington, puis dans tout le pays. Nous avons compulsé des milliers de documents, de Tokyo à Berlin, en passant par Moscou et Londres… A force de nous y plonger, nous avons même trouvé des prises de vue de reportages dont les négatifs originaux étaient en couleurs. Tout d’un coup, la Seconde Guerre mondiale n’était plus ce conflit abstrait confortablement mis à distance par le noir et blanc. Les hommes souffraient, mouraient, tuaient comme sur les images d’actualités terribles qui nous parviennent aujourd'hui."

Les jeunes ignorent tout de cette histoire

"Aux Etats-Unis, les jeunes ignorent tout de cette histoire parce que seul le présent les intéressent",
conclut la réalisatrice Lynn Novick. "Dans les années 1990, une enquête du National Council for History Education a révélé que 40% des étudiants pensaient que, pendant la Seconde Guerre mondiale, les Etats-Unis avaient combattu aux côtés de l’Allemagne, contre l’Union Soviétique. En racontant cette guerre à travers l’histoire personnelle de gens ordinaires qui étaient comme eux très jeunes à l’époque, notre film vise aussi à les sensibiliser et à les faire s’interroger. Cette terrible catastrophe - et c'est tragique - a tué plus de cinquante millions de personnes dans le monde. Pourtant, elle est encore considérée ici comme une bonne guerre. Le fait qu'elle n'ait pas touché le sol américain a sans doute son importance. D’où l’intérêt majeur de montrer son effroyable et universelle réalité humaine."

Edité par Christian WIEDERLE - © Docandfiction-tv.fr - 2017
© Ken Burns - Lynn Nowick - PBS - Arte