Docandfiction-tv.fr

SVOD-MAG Docs

Attentats : Au coeur
du Pouvoir

Documentaire - 70 mn - France.TV
Réalisation :
Antoine Vitkine - 2015

2015. Année noire en matière d'attentats terroristes. François Hollande, Bernard Cazeneuve et Manuel Valls, au coeur du pouvoir, ont fait preuve d'un grand sang-froid. Exposés sur tous les fronts, avec l'ensemble des forces de polices, de secours, et les militaires présents sur le terrain, leur engagement a été total. Le documentaire passionnant d'
Antoine Vitkine en témoigne. Des états d'âmes, des décisions difficiles et cruciales, des doutes, des moments d'émotions et de bascule dans l'horreur hors du commun. Tout a été capté. Au moment d'écrire ces lignes, l'émotion reste intacte.

7 janvier 2015. 11h30. François Hollande reçoit un appel en direct de Patrick Pelloux. L'attaque de Charlie Hebdo vient de se dérouler. Présent sur place, le Médecin Urgentiste est dévasté. "C'est la guerre" déclare-t-il. François Hollande ne tergiverse pas. Il part sur place où l'attendent déjà Bernard Cazeneuve et le Directeur de la Police Judiciaire Bernard Petit. Cette attaque d'un média français est un symbole. Après la stupeur, les questions sur l'enchaînement des événements et l'identité des deux assaillants arrivent très vite.

Plongée en eaux troubles

14 heures. François Hollande, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve sont à l'Elysée. Les frères Kouachi viennent d'être identifiés. Ils avaient déjà été repérés par les services de renseignements dès 2005. Bernard Cazeneuve s'enferme alors Place Beauveau en réunion de crise avec ses collaborateurs et l'ensemble des forces de sécurité engagées. Une course contre la montre s'enclenche. Les terroristes restent introuvables. L'enquête piétine. Les proches parlent peu. Il va pourtant falloir retrouver au plus vite ces deux hommes et leurs complices.

Fausse piste et recadrage

François Hollande, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve restent en contact permanent. La hantise d'un autre attentat demeure. "La menace était alors maximum", précise Manuel Valls. A l'Elysée se prépare une grande manifestation populaire pour le 11 Janvier. De nombreux chefs d'Etats sont attendus. Le 7 janvier au soir, Bernard Cazeneuve découvre effaré une intervention en direct sur BFM TV visant les frères Kouachi. Fausse piste. Le ministre de l'intérieur est furieux et fustige une mauvaise coordination des services. Tout sera recadré dans la nuit du 7 au 8 janvier. "Plus personne ne sort", déclare alors Bernard Cazeneuve. La tension est maximale. Les perquisitions se multiplient, mais rien, pas de traces des deux terroristes.

Attentats : Au coeur du Pouvoir
La vigilence s'installe partout. Et pour longtemps encore. Si l'époque troublée que nous vivons ne représente qu'une brève histoire du temps, les Français ne la vivront plus jamais de la même manière...

Attaques multiples

8 janvier. Bernard Cazeneuve est à l'Elysée. Informé qu'une policière municipale a été abattue à Montrouge, il se rend sur place. Le quartier est bouclé. On identifie Amedy Coulibaly comme l'auteur des faits, mais il reste introuvable. Tout le monde s'attend au pire. François Hollande est tenu informé en permanence. La totalité des chefs de partis politiques est reçue à l'Elysée. Ce qui n'empêche d'ailleurs pas les polémiques. 14h00. Une lueur d'espoir. Les frères Kouachi sont repérés et cernés à Dammartin-en-Göelle (Seine-et-Marne). Mais très vite l'angoisse reprend. Amedy
Coulibaly détient de nombreux otages dans un hyper-cacher Cour de Vincennes. 4 d'entre-eux sont abattus. Le pouvoir doit agir. Et vite.

Double-assault

François Hollande, Manuel Valls, Bernard Cazeneuve et Christiane Taubira suivent en direct les événements sur les chaines d'information. Dans le bureau du Chef de l'Etat, l'heure est aux décisions qui engagent. Aux choix cruciaux. Un double-assault est décidé. Mais un événement majeur survient. Les frères Kouachi sortent de l'imprimerie dans laquelle ils sont retranchés et ouvrent le feu. Les unités d'élite de la police répliquent. Les deux terroristes sont abattus. C'est terminé. L'ordre est alors donné d'intervenir à Vincennes. L'angoisse est à son comble à l'Elysée. Plus aucun otage ne doit mourir. "Ce sont les minutes les plus longues de ma vie", déclare François Hollande. L'assault est finalement une réussite. Les otages sont sauvés. Avec la manifestion du 11 janvier, l'Etat reprend la main, mais pour combien de temps...

Novembre noir

10 mois se sont écoulés depuis les attentats de Janvier. Nous sommes le 13 Novembre 2015. Il est 21h40. La France et l'Allemagne s'affrontent au Stade de France lorsque plusieurs déflagrations sont entendues. Le chef de l'Etat est alerté immédiatement et se rend dans le PC Sécurité du stade. Au téléphone avec Bernard Cazeneuve, il apprend très vite que des attaques multiples sont en cours à Paris. Au Stade-de-France, sur des terrasses de café dans le 11ème et dans une salle de spectacle "Le Bataclan". De retour à l'Elysée, le président est sonné par l'ampleur des attaques. "C'est l'horreur. Il y plusieurs dizaines de victimes. La France est en guerre. L'état d'urgence est décrété, ainsi que la fermuture des frontières", déclare-t-il dans une allocution TV. Son émotion est intense. Un Conseil des ministres est convoqué en pleine nuit.

Apocalypse

Des scènes d'apocalypse envahissent les images des chaines d'informations. L'intervention des unités d'élite au Bataclan aura duré plus de deux heures. Le bilan est lourd. Très lourd. 129 morts. 352 blessés. François Hollande, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve se rendent sur place malgré le danger. Le Samedi 14 novembre, les français restent cloitrés, abasourdis. Dès le dimanche 15 novembre, de nouvelles menaces se précisent. Le pouvoir reste vigilent et cherche à localiser un certain "Abaoud", complice et probablement initiateur de ces attentats dramatiques. Le lundi, François Hollande réunit le Congrès à Versailles et décrète l'Etat d'Urgence, la fermeture des frontières et un rapprochement avec la Russie dans le cadre du combat contre les forces terroristes.

Une brève histoire du temps

Le 18 novembre, sur le terrain, les unités d'élite de la police finissent par localiser "Abaoud" à Saint-Denis. L'assault est donné. Le chapître se termine. Comme en Janvier 2015, les Français suivent ces événements dramatiques devant leur écran et s'intérrogent comme d'ailleurs l'ensemble de la classe politique sur la suite. Même si le cauchemar s'arrête, cette année sanglante préfigure d'autres attentats. La vigilence s'installe partout. Et pour longtemps encore. Si l'époque troublée que nous vivons ne représente qu'une brève histoire du temps, les Français ne la vivront plus jamais de la même manière.

Edité par Christian WIEDERLE © Docandfiction-tv.fr - 2017
© France.TV - Antoine Vitkine
Découvrir sur Altice-SFRplay